Actualités

Retrouvez les informations du Centre Médical Françoise Dolto

Du 5 au 7 avril, mobilisons-nous pour le Sidaction

Actualités

5 avril 2019

En 1994, alors que le SIDA sévit depuis plus de 20 ans et au cœur de l’épidémie, plusieurs associations de lutte contre le SIDA et un groupe de chercheur fondent Ensemble contre le SIDA, qui lance l’opération Sidaction.
Cette opération est une telle réussite qu’en 2004, Ensemble contre le SIDA prend le nom de Sidaction. Encore aujourd’hui, alors que le virus fait toujours des ravages, le Sidaction consiste en 3 jours de sensibilisation et d’informations autour de cette maladie.

Le Sidaction rassemble des dons pour lutter contre le SIDA. Afin de financer la recherche, pour qu’un jour un traitement définitif contre le SIDA puisse être découvert, donnez au 110 ou sur sidaction.org.

Ces journées de sensibilisation sont toujours d’une importance capitale : le SIDA est toujours un problème de santé publique majeur.
En 2017, dans le monde, 940 000 personnes sont mortes de causes liées au SIDA, 36,9 millions de personnes étaient séropositives et 1,8 millions de nouveaux cas ont été détectés.

Il est estimé que seulement 75% des personnes séropositives le savent.
L’infection est diagnostiquée par des test rapides : la plupart de ces test permettent de recevoir des résultats le jour même, ce qui est essentiel pour recevoir rapidement un traitement.
Le SIDA ne se guérit pas encore. Cependant, des médicaments rétroviraux contrôlent le virus et aident à prévenir la transmission, pour que les personnes séropositives puissent vivre une vie normale.

Si l’Afrique est le continent le plus touché, le SIDA n’en épargne aucun. C’est pourquoi les campagnes d’informations sont nécessaires.

 

Transmission

Le SIDA peut être transmis par l’échange de fluides corporels d’individus infectés. Cependant, l’infection ne passe pas par des contacts peau à peau, ou le partage d’objets, nourriture ou eau.
Les comportements à risques sont les relations sexuelles non protégées, l’infection par d’autres IST, le partage d’aiguilles, seringues ou autre équipement d’injection de drogue ou encore par des procédures médicales non sécurisées.

Le SIDA ne se guérissant pas, la protection est nécessaire : les comportement à risques sont à proscrire.
Il faut rappeler que le seul contraceptif qui en protège est le préservatif, et qu’en cas de doute, un dépistage doit être fait.

Renseignement :
Sidaction | Association de lutte contre le sida